Si les œuvres de Sophie Luline évoquent souvent la délicatesse de la nature, si elles projettent des reflets de fonds marins ou de gouttes d’embruns, si leur aspect peut suggérer plumes, pétales, algues, coraux ou anémones de mer, c’est que la nature est l’élément fondateur de l’inspiration de Sophie. L'eau,élément créateur de vie, vecteur d’énergie, mais également d’imaginaire et de quiétude, l’eau, la mer, les océans sont une puissance originelle. L’eau, force primaire fondamentalement onirique, est un démiurge bienveillant.

Une autre puissance originelle est la terre. Sophie a appris la céramique aux Beaux-Arts. Alors qu’elle produisait surtout pour elle, son œuvre a progressivement connu le succès. Adhérente aux Ateliers d’art de France depuis quatre ans, elle a vu plusieurs de ses œuvres sélectionnées pour le concours régional.
Sophie travaille le grès et la porcelaine, qu’elle a découverte presque par hasard. Elle aime cette matière subtile et raffinée, qui demande précision et opiniâtreté.

Le geste
Chaque créateur sait qu’il est toujours très compliqué de faire simple, qu’il faut d’innombrables heures de travail pour atteindre l’apparence de l’aléatoire, la pureté du naturel.
Sophie célèbre la nature et l’humanité. Pour cela, elle utilise le moins d’artifices possible, le nombre d’outils le plus réduit possible. Car pour elle, ce qui importe, c’est le dialogue entre la main et la matière. L’intelligence de la main, la communion de la main et de la matière.

  1    2